Et le flexitarisme arriva...


Je n’aime pas les étiquettes qu’on se colle à la peau (sauf les stickers mignons et les tatoos Malabar de l’époque). Pourtant, j’ai l’impression d’avoir le devoir de me placer dans une case pour être mieux comprise par les autres. Du coup, je t’annonce que JE SUIS FLEXITARIENNE. Et que tout compte fait, je suis plutôt satisfaite de la création de ce mot-valise !

Flexitarisme

✔️ Cette dénomination censée être plus “claire” pour désigner les personnes qui mangent de la viande, mais pas trop et pas tout le temps, me semble importante à te donner pour comprendre comment sont constituées mes recettes et surtout te donner un indice sur ce que tu trouveras ici.


Une enfant carnivore


Ma famille a toujours cuisiné des plats à base de viande. Des rougails, des carrys, des civets, des petits apéros 100 % boeuf/porc. Les traditions culinaires de la Réunion sont très rarement végétales et j’avoue que je me régalais de tous ces petits plats.

Pour tout te dire, j’étais le genre d’enfant à prendre un dernier morceau de poulet, ni vu ni connu, dans le plat au moment de débarrasser la table. Une petite fille qui aurait pu manger de la viande à tous les repas et qui en aurait même redemandé.


Une ado végétarienne


Je ne sais plus exactement combien de temps cette période a duré. Tout ce que je peux te dire c’est que du lycée à l’université, je ne mangeais pas de viande, sans que cela ne soit lié à des convictions particulières. Je pense avoir inconsciemment reproduit le modèle de mon aînée qui était également végétarienne à ce moment.

Même si j’ai souhaité écarter la viande de mon alimentation à cette période, je n’étais déjà pas drastique. J’étais le genre de végétarienne laxiste qui prenait la sauce dans laquelle le poulet avait mariné ou qui mangeait les légumes cuits à côté sans broncher.


Et puis, j’ai commencé à ressentir des périodes où mon corps me demandait de le fournir en viande de plus en plus souvent. Ma volonté n’étant surtout pas de frustrer cette masse qui m’accompagne chaque jour, je l’ai tout simplement écouté me laissant aller à la consommation de chair animal, seulement lorsque j’en ressentais l’envie. Je me suis sentie jugée les fois où je cédais à un morceau de graillon alors que j’étais dans cette période de végétarisme.

Comment expliquer que tu ne manges pas de viande d'habitude mais que à ce moment là tu en as juste envie ? 🤔

Aujourd'hui, ces moments restent assez rares et semblent toujours coïncider avec l’arrivée de mes règles. (La période PMS, tu vois peut-être de quoi je parle.) J’ose croire que cela a un lien, mais je ne suis pas une spécialiste donc finalement je n’en sais rien. 🤷‍♀️


Tout ça pour dire, que si le terme flexitarien avait existé quand j’étais ado j’aurais pu manger en paix, sans regards curieux/inquiets et sans questions !


Une adulte flexitarienne


Comme tu l’auras compris, je suis à l’écoute constante de mon corps. Je fais au mieux pour lui apporter ce dont il a besoin et envie, tant que cela me parait raisonnable. (J'évite de céder aux 500 g de fromage que je m’enfilerais bien après le dîner.) Du coup, je ne me prive de rien et je mange de tout. 👌

Mais j’ai naturellement tendance à préférer cuisiner les fruits et légumes car je les trouve bien plus simples et rapides à préparer. Et surtout, ils me procurent une sensation de “je chouchoute mon corps” qui fait du bien et que je ne ressens pas lorsque je consomme de la viande.


Du coup, mon panier de course se compose à 98% de fruits, légumes et céréales. La viande étant réservée à la préparation de plats spéciaux (de temps en temps Mr Butter prépare un gros plat régional, et c’est rarement végétarien. Le dernier en date : une carbonade flamande 😋) et nos moments burgers. Des repas à part, des bonus, qui s’ils n’étaient pas là ne nous manqueraient pas au quotidien.


Voilà pourquoi les plats végétariens sont davantage mis en avant sur Ivybutter. com et mes réseaux. Toutes les recettes proposées sont le miroir de mon alimentation quotidienne, sans filtres, sans effet de mode, sans adaptation avec "ce qui pourrait être bien".

Ivy Butter pourrait donc être désigné en tant que “blog de recettes flexitariennes” (à réfléchir) pour que tu saches que t’y trouveras (beaucoup) de recettes végé, mais pas que.


Ivy Butter, 98 % de légumes, 2 % de viande, 100 % d’amour ! 🥰

24 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout